Les Carrés d'Hélène

Les Carrés d'Hélène

Centre de Recherches et d'Enseignements sur la Vie Sentimentale et Sexuelle des Adultes
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  SoutienSoutien  

Partagez | 
 

 Tristesse ou Dépression ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LN
Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 57
Adresse : Paris
Particularité : Tête chercheuse de pouls
Humeur : Je vis mon travail comme je travaille ma vie...
Date d'inscription : 12/09/2005

MessageSujet: Tristesse ou Dépression ?   Ven 18 Juin 2010 - 14:42

Bonjour,

S'il est trop tard pour participer à ce colloque qui se termine aujourd'hui
et dont j'ai pris connaissance trop tard, désolée, je tenterai à l'avenir
de vous informer de ce type d'évènements particulièrement riches
en bonnes questions et qui permettent de se forger une pensée personnelle.

Pour cette fois, je vous communique quand même la présentation
qui est donnée du colloque "Tristesse ou dépression" car il me semble,
qu'en elle-même, cette présentation favorise de très intéressantes questions.

Comme toujours dans ce type d'études, il n'est pas nécessaire
de vouloir tout comprendre tout de suite et encore moins de "conclure".

La réflexion comme la recherche avance au fil des jours, des expériences,
des lectures, des rencontres... et s'affine comme un chantier sur lequel
on travaille en permanence et qui ne se termine jamais vraiment.

Bien entendu, vous pouvez réagir et/ou commenter en cliquant sur "répondre".

Bien à vous
LN
**************************************************
Tristesse ou dépression ?

Colloque international 17-18 juin 2010 de 9h30 à 18h30

Ce colloque est organisé par le programme blanc : ANR-08-BLAN-0055-01 PHS2M, et par le séminaire des Écoles Doctorales « Cognition, comportement, conduites humaines » de l’Institut de Psychologie de Paris-Descartes et « Cognition, Langage, Interaction » de l’Université Paris 8, le CeRMeS3/CESAMES et l’IHPST.

Présentation du colloque :

Les travaux de Jerome C. Wakefield sur la dépression et la parution de la traduction française de The Loss of Sadness (publié en 2007 avec Allan V. Horwitz), invitent à s’interroger sur la nature de cette catégorie diagnostique et motivent l’organisation de ce colloque.

Une réaction de tristesse intense à une perte semble une constante à travers les époques, voire les civilisations ; les diverses manifestations de cette tristesse sont également constantes : des pleurs intenses, un état de déchéance, la perte d’appétit et de sommeil par exemple. La « mélancolie », souvent associée à de tels états lorsqu’ils sont considérés comme pathologiques, est devenue « dépression » vers la fin du 19e siècle. Les premiers outils diagnostiques ont pris la forme de nomenclatures de troubles, de listes de symptômes statistiquement corrélés, différente des récits de cas cliniques qui caractérisaient la nosographie psychiatrique jusqu’alors.

Ces outils, qui classent la tristesse intense comme étant « normale » ou « pathologique », ont évolué au cours du 20e siècle. Jusqu’au DSM-III (1980), le diagnostic prenait en compte des facteurs environnementaux dits déclenchants dans l’histoire particulière du patient. L’accent mis sur les symptômes observables a ensuite permis d’homogénéiser les démarches diagnostiques et de réaliser des études statistiques à grande échelle. La parution des DSM-III et surtout du DSM-IV a de fait précédé de peu « l’épidémie de dépression » dans tous les pays occidentaux. La parution prochaine du DSM-V sera-t-elle un nouveau tournant, en réintégrant par exemple les facteurs liés aux circonstances vécues ?

La prise ou non en considération des facteurs environnementaux, et en particulier de causes déclenchantes de la tristesse intense, se répercutent sur le nombre de personnes considérées comme « malades » ; en effet, l’identification des « dépressifs » sur la seule base symptomatique conduit inévitablement, selon J. C. Wakefield, à la multiplication de faux positifs. Ceux-ci sont intégrés dans des protocoles de recherches, y compris pharmacologiques, ce qui les biaise, avec des conséquences évidentes sur les politiques de santé publique. Est-ce que la dépression constitue alors un phénomène anthropologique lié à l’identité contemporaine, ou bien toute société a-t-elle identifié des tristesses d’intensité et de durée jugées excessives ? L’ampleur même de cette question suggère l’impact des choix de l’outil de diagnostic sur la représentation de cette entité nosologique.

Le colloque Dépression ou tristesse s’intéressera à ces choix et à leur impact dans une perspective historique, méthodologique et anthropologique. Il abordera des questions telles que :

Qu’est-ce qui a déterminé les changements dans la manière de penser les critères diagnostiques ? Et quelles en ont été les conséquences sur la statistique de la dépression dans différents pays ?

Que sera la dépression dans le DSM-V ? Quelles en seront les conséquences ?

Quel rôle ont joué les faux positifs dans la mise au point de médicaments anti-dépresseurs ?

Quel sera l’apport des neurosciences, et en particulier des techniques d’imagerie cérébrale, dans le diagnostic, le traitement et l’évaluation des approches thérapeutiques ?

Sur un plan plus anthropologique, qu’est-ce qui dysfonctionne dans la dépression ?

Ce colloque sera gratuit, ouvert à tous, en particulier aux étudiants de l’Institut de Psychologie et aux enseignants chercheurs de cet Institut.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.helenelechevalier.com
 
Tristesse ou Dépression ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» éducation, sv, pression sociale
» Anxiété, stress, panique... arrivez-vous à vous reposer?
» petit moyen de pression sans le savoir
» moyen de pression.en avez vs entendu parlé?
» dépression?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Carrés d'Hélène :: Catégorie : Séminaires ouverts au public :: Forum : Questions soulevées par les chercheurs et ouvertes au public-
Sauter vers: